4ème jour, Epidaure

Ce matin, on quitte Athènes, direction Epidaure. 2 options s’offrent à nous: prendre le bus de 9h30 ou celui de 11h30. On opte vite pour celui de 11h30, ce qui nous permet de ne pas se lever trop tôt (dans quelques jours nous n’aurons pas le choix!) et de prendre son temps au petit dej.
On rejoint le métro, et on arrive à s’y faire de la place malgré notre gros sac. Il nous reste 20 à 30 min de marche en plein soleil (déjà 32 degrés). Ce serait moins pénible si Timothée – qui se faisait porter une partie de ses affaires – ne demandait pas toutes les 30 secondes si on était bientôt arrivé.
La gare routière est immense, avec des grands panneaux écrits … en grec bien entendu. On finit par trouver où prendre des billets, heureusement, il reste de la place dans le bus, (qui sera complet) et en route pour Epidaure, via Nauplie. 2h50 de route avec un arrêt de 45 min à Nauplie, que l’on espère optimiser.
Arrivés à Nauplie, Laurent prend les billets pour le retour du lendemain, et les tickets pour continuer jusqu’à Epidaure. On regarde le plan qui est à l’arrêt de bus, et on se rend compte que l’hôtel réservé pour le soir ne doit pas être trop loin. On va essayer d’y déposer nos sacs pour ne pas avoir à les porter sur le site d’Epidaure (il fait quand même 39 degrés). Il nous reste 30 minutes avant le départ du bus. On fait 3 fois la rue de l’adresse de l’hôtel aller retour, sans voir quelque chose qui ressemble à ça. Un potier de la rue sort et nous demande ce qu’on cherche : on est tout près, il nous dessine son plan à lui. On se retrouve au bout de la rue sans avoir vu l’hôtel. Là on re-demande, et la personne très serviable et consciente du quartier aux ruelles tortueuses aux adresses douteuses téléphone à l’hôtel, et nous dit qu’on nous attend sur la petite place un peu plus loin. On se serait cru dans Pékin Express, le sac sur le dos, le plan à la main, tout le monde pour nous aider et le chrono qui tourne.
On finit par se retrouver (après avoir suivi la personne à travers des ruelles où l’on n’aurait pas pensé aller!) dans une maison qui sert d’hôtel, très simple mais propre et accueillant.
On pose nos sacs en vitesse puis direction l’arrêt de bus. Là Timothée pleurniche car il n avait pas eu le temps de remplir sa bouteille à l’hôtel. Hélène rentre dans un café juste devant et demande un « refill robinet » pendant que Laurent se renseigne pour savoir d’où le bus part bus. Il est 14h28, le bus part à 30!.
40 min de bus jusqu’à Epidaure par une petite route au milieu de plantations d’oliviers et d’orangers.
La visite du site se passe de commentaires. Les photos suffisent.

P1030077 P1030107 P1030103

Laisser un commentaire