Vacances au Sri Lanka

2014-07-28 : arrivée à Colombo

Après avoir récupéré les bagages (3/4 h d'attente pendant lesquels Timothée avait envie de vomir, ce qui l'a dispensé porter son sac) nous avons fait du change. On s'est retrouvé avec une épaiseur de 5 cm de billets, puis nous avons cherché un taxi. Le premier nous annonce un prix. "Mais je n'ai plus de voiture". Le 2ème nous annonce un peu moins cher, mais n'a pas non plus de voiture. Le troisième nous dit qu'il lui reste des voitures, mais ne sait pas du tout où se trouve l'hôtel. Il annonce pourtant un prix....qui nous convient(moins cher que les 2 premiers).
Finalement, c'est Laurent qui le guidera à l'aide de notre plan. On a posé nos sacs et nous sommes repartis en "tuktuk" vers le parc Victoria très pratique pour ses kiosques abrités de la pluie.....il faut préciser que c'est la saison des pluies à Colombo.

Nous avions les chambres à partir de 14h , et à 14h05 on était de retour à l'hôtel pour se doucher.
Petite promenade en bord de mer où les enfants viennent jouer à la sortie de l'école.

lci ce sont les corbeaux qui nettoient la plage, parfois même avant que les gens partent (en piquant dans le sandwich ou en chipant un poisson sec sur l'étale des marchands).
Repas très, très tôt,vers 18h. On avait faim, soif, et sommeil, puis retour à l'hôtel avec un tuktuk efficace. Il se faufilait partout, ne ralentissait dans dans les virages, ni sur les bosses. Timothée était explosé de rires et disait "super, c'est comme dans James Bond".
Commentaires

ouahiba

Envoyé le 04/08/2014 à 6:24

ça existe des taxis sans voiture?

admin

Envoyé le 06/08/2014 à 9:23 | En réponse à ouahiba.

C'est une agence des taxis, ils n'avaient plus de voiture disponible.

2014-07-29 : deuxième jour à Colombo

Apres une nuit de presque 12h (bah...c'est les vacances) nous sommes prêts pour le p'tit déj.
On a demandé hier à quelle heure et où on le prenait : 8h30, apporté dans votre chambre. A 8h, on nous a apporté 2 petits sandwichs au saucisson.
En regardant bien, il n'y avait rien de prévu pour la chambre des enfants. Héléne est allée réveiller les enfants, mais la motivation du sandwich qui attendait n'a fonctionné que pour les garçons. Impossible de réveiller Amandine qui a très mal dormi. Il faut préciser que l'extra—bed s'était transformé en lit "king size" et qu'Augustin était en travers toute la nuit. Nous avons fini au Mc do et Augustin a appris un nouveau mot "sambal". II a choisi un sambal sandwich sans en connaitre la signification. II a tout mangé et à la fin a dit : j'ai la bouche en feu.....
Nous avons visité le quartier du fort, et les marchés. Au passage, Timothée qui avait soif a goûté à l'eau de noix de coco fraîche.

Il a aussi demandé pourquoi la dame avait mis une gommette sur son front.
En debut d'après-midi, direction la gare pour acheter nos billets pour demain. Plus le choix : le train première classe est complet. On prendra donc le train bondé et sans clim pendant 1h30. Il faut prendre son billet juste avant le départ.
Il ne faudra pas se tromper de quai

Nous en avons profité pour nous renseigner sur les autres trajets que nous devions faire les jours suivants, et finalement, nous avons réservé une voiture avec chauffeur pour 10 jours. On nous faisait un bon prix si on payait en euros. Hélène trouvait ça un peu cher. Ils ont vu qu'on hésitait et qu'on n'allait peut-être pas réserver.... On a baissé le prix de 80 euros sans problème. Zut, ils ont cédé trop vite, on a sûrement pas fait baisser encore assez.
Retour à l'hôtel farniente puis nous sortons pour dîner, dans un petit restau pour locaux, le Banana Leaf. lci les assiettes sont en feuilles de bananier et on mange avec les doigts. Et comme, pris par une conversation, on tardait à se servir , une fois les plats apportés, ils sont venus nous servir nous expliquant que c'était bon et pas trop "spicy" ! C'était effectivement très bon.
Retour Colombo
C'est encore meilleur avec les doigts

2014-07-30 : à la rencontre des éléphants

Ce matin, On ne traîne pas. Lever 7h30, départ 8h30 avec les sacs vers le McDonald's tout proche pour le p'tit déj.
Ensuite on prend 2 tuktuks pour la gare. C'est intéressant de voir la différence qu'affichent les 2 compteurs pour un même trajet avec la même circulation.....ils nous ont fait visiter toute la ville avant d'arriver à la gare.

En arrivant à 9h40, on pourrait prendre le train de 9h45, bondé
On hésite et un sourd muet nous explique que celui de 10h30 sera plus confortable car moins de monde. Il nous explique où on peut attendre assis, vient nous chercher à l'arrivée du train et nous trouve des places avant que le monde entre. Les tickets de train nous ont coûté pour 5 l'équivalent de 3 euros. Les services du muet ....6 euros. Hier on était prêt à payer 15 euros pour la clim + une place assise, et là on a fait vivre ce type pour la semaine !
En plus il ne faisait même pas chaud dans ce train, avec ventilateurs et fenêtres ouvertes(par le muet) même pas besoin de clim. Nous voilà partis pour 2 heures de train.

Tuktuk pour rejoindre l'hôtel situé le long de la rivière où se baignent les éléphants.

Nous retournons à nos chambres, et au bout de quelques minutes, Timothée vient frapper à la porte des parents, tout mouillé,avec juste une serviette autour de la taille — "Maman je comprends rien, les cheveux,c'est avec quoi ? Shampoo, body wash, body lotion ou shower cap ? Il n'y a rien dans la douche tout est sur le lavabo" Hélène va lui monter.
Quelques minutes après Amandine arrive —"Maman, l'eau est bouillante, Timothée n'arrive pas à avoir du froid" Hélène va voir, mais c'est du ressort de Laurent, et quand elle vient le chercher il dit: "et chez nous, il n'y a pas du tout d'eau à la douche"
Bon, c'est un problème connu, il faut permuter les réservoirs situés sur le toit, sinon, comme les éléphants, dans la rivière!

2014-07-31 : en route vers Anuradhapura

Nous avons rendez vous avec notre chauffeur à 9h30. A 9h10, la gérant de l'hôtel vient nous demander si c'est bien nous qui attendons un chauffeur. Voila une bonne chose, nous n'aurons pas à l'attendre.
On fait le checkout et on se rend contre que les enfants se sont bien servis dans le mini bar !! Nous sommes prêts à partir. Au bout de 100 mètres, il y a une odeur forte de plastique brûlé et de la fumée qui sort des bouches d'aération...
Le chauffeur diagnostique un problème de clim, qu'il va traiter à la prochaine ville. 2 heures et deux garages plus tard, la clim marche à peu près et l'odeur a disparu. Pendant la répartition, Laurent a pris une photo au flash, ce qui a fait sursauter les mécanos qui ont pensé qu'il y avait eu une étincelle. Quel farceur ce Laurent. Bon çles a bien fait rigoler en comprenant. Nous entamons les premières négociations sur l'itinéraire. Plutôue de prendre la route rapide, nous demandons à passer par Yapahuwa Rock Fortress. Le chauffeur est assez vite d'accord, un peu trop vite d'ailleurs. Laurent lui montre l'endroit sur une carte et il acquiesce en répétant très rapidement le nom comme savent le faire les Sri Lankais. En route, nous avons veillé à ce qu'il aille dans la bonne direction. Ce n'est qu'une fois arrivé sur place qu'il a avoué découvrir l'endroit. Il ne voulait pas perdre la face et nous ne voulions pas non plus la lui faire perdre. Yapahuwa fut la capitale de l'île au Xllle siecle, pendant 20 ans. Le site presente quelques vestiges dont un scalier bien raide de 122 marches - compter, ça permet de motiver Timothée - qui se prolongent par un chemin en presqu'escalier jusqu'au sommet 90 mètres plus haut. C'est au sommet du bloc rocheux qu'était installée la capitale dont il me reste pas grand chose.

Nous n'y sommes pas allés, il y avait trop de vent. En haut, là où nous nous sommes arrêtés le vent soufflait vraiment très fort mais la vue panoramique était déjà pas mal.
Après cette pause, 2,5 heures de voiture pour arriver à notre hôtel. Il fallait surveiller notre chauffeur qui a eu quelques moments de fatigue et les paupieres bien lourdes. Ce qui nous a averti : pas de klaxon pendant une minute. En reprenant la discussion dans un anglais mâtiné de Cinghalais très peu comprehensible nous sommes parvenu à le maintenir éveillé. Le soir, repas dans l'hôtel, malgré le choix des plat locaux, le repas était aseptisé et pas assez typé, à part peut-être le rice & curry medium spicy qu'avait pris Laurent.
Commentaires

ryckelynck noel et monique

Envoyé le 01/08/2014 à 3:09

Vous avez encore beaucoup de dépaysement cette fois ci. Nous avons eu aussi nos éléphants à Chambery , mais peu de beau temps . Nous sommes rentrés hier soir avant la cohue du week end. Il fait 29° aujourd'hui et des orages attendus pour dimanche Bises

admin

Envoyé le 02/08/2014 à 1:53 | En réponse à ryckelynck noel et monique.

Ici aussi, il fait 29°, mais seulement quelques très brèves averses les deux premiers jours à Colombo. Nous n'avons pas d'embouteillage, j'ai vu que des records avaient été battus ce samedi, mais la voirie n'est pas très rapide. Bises à vous deux des la part de la famille.

2014-08-01 : des stupas et des bouddhas

Nous avions donné rendez-vous au chauffeur à 9h00. A 8h45, il était là, ponctuel.
Les enfants étaient déjà remontés dans leur chambre et nous finissions notre petit-déjeuner. En poussant un peu Timothée nous avons respecté l'horaire.
En route vers la cité d'Anuradhapura. Elle s'étend sur 12km2,le mini-van a été utile pour aller d'un endroit à l'autre. Nous avons dû apprendre à communiquer avec notre chauffeur : en effet nous faisions certaines parties à pieds et d'autres où il devait nous déposer. Après quelques erreurs d'apprentissage, nous avons trouvé une règle simple : donner le nom du temple ou de la curiosité en cinghalais (le plus difficile) puis dire "finished" si nous l'avions visité ou "we go now" si nous voulions le voir. La fin de la visite s'est donc beaucoup mieux terminée qu'elle n'avait commencée.
En synthèse, des "stupas" ou "dagobas" plus ou moins haut, en plus ou moins bon état avec des bouddhas assis, couchés, ou debout, mais toujours très souples des genoux. Les photos en disent plus.
Bouddha couché
Bouddha couché
Bouddha assis
Bouddha assis - jambes superposées
Photo à la Ryckelynck
Photo à la Ryckelynck
Stupa de 130 mètres
Dagoba de 130 mètres
Dagoba blanc
Dagoba blanc
Socle décoré du Dagoba blanc
Socle décoré du dagoba blanc
A l'entrée du dagoba blanc
A l'entrée du dagoba blanc
Timothée au dagoba blanc
Bouddha assis - jambes croisées
Pierre de lune
Pierre de lune

Ici, On peut voir un peut partout dans les arbres des perroquets (Timothée est très déçu car ils ne répètent pas ce qu'il leur dit....) et des singes "qui font comme Tarzan".
On termine la visite par le Sri Maha Bodhi, l'arbre le plus vieux du monde, paraît-il. 2500 ans. Cet arbre Bo ne fait pas son âge.
Nous décidons de rentrer à l'hôtel en passant acheter quelques fruits. On se rafraîchit rapidement puis on partage un drink à l'ombre sous les ventilateurs avec notre chauffeur.
Une pause bien agréable que n'a pas appréciée Augustin victime d'une légère insolation/déshydratation : il faut dire que la visite des stupas se fait pieds nus et sans chapeau.
Après la pause nous partons pour Mihintale : 45 minutes de route (12km). Après 3 km, le van s'arrête. Diagnostic : fuite du circuit de refroidissement. Laurent prévient le tour opérateur qui nous a vendu la prestation : changez le van !
Une voiture nous ramène à l'hôtel et on passe par une banque pour faire du change. Cela a occupé 5 personnes dans la banque pendant 25 minutes; à l'aéroport ils étaient 50 fois plus efficaces. L'après-midi est gâchée et il faut reconfigurer les prochaines journées si l'on ne veut pas renoncer à une visite.
Ça ira mieux demain ... ou pas.

2014-08-02 : une journée improvisée

Quelques semaines avant notre départ, en passant en revue les hôtels réservés, on s'est rendu compte qu' il nous manquait une nuit. On avait sauté un jour dans nos réservations. Cette nuit c'est ce soir....
Nous avions RDV avec la chauffeur à 8h30, direction Isurumuniya Vihara. C'est là que se trouve "the" Bouddha couché. Celui que l'on voit dans tous les guides ou du moins qui y ressemble le plus.
THE Bouddha
THE Bouddha

A l'entrée on nous demande "adopted children ? So 3 tickets for 5". 0K si tu le dis, ça nous va. Nous avons fait une petit arrêt pour voir un grand bouddha tout blanc, puis en route pour Mihintale. 3/4 d'heure de route (12km...)
Bouddha blanc
Bouddha blanc Anuradhapura

Encore une stupa avec le "vrai" grand bouddha blanc en haut d'un rocher, et un bouddha semi—couché! Il n'a pas d'oreiller et s'appuie sur sa main. Ça change.
Bouddha blanc Mihintale
Bouddha blanc de Mihintale
Bouddha semi-couché
Bouddha semi-couché

Encore 1 bonne heure de route, avec une pause pastèque et nous arrivons à notre hôtel , "tout pourave " d'après Augustin au premier abord.
Pastèque
Pause pastèque avec supplément chaise

Il l'est un petit moins quand il sent les bonnes odeurs de cuisine carrément "dare" quand il voit la piscine et les chambres qui donnent sur des arbres plein de singes.
Piscine Asrana
Singe qui boit au coin de la piscine

En fait, l'hôtel est très simple mais beaucoup plus authentique que celui que nous quittons, qui était aseptisé, blindé de français avec une nourriture sans goût, pour touristes.(no spicy) Les enfants sont allés à la piscine en début d'après-midi, puis nous sommes allés faire un safari.
En route pour le safari
En route pour le safari

Enfin les vacances pensent les enfants ! Nous avons vu plein d'éléphants, des paons, des buffles, plein d'oiseaux et même un crocodile mais de loin, ce qui allait bien à Héléne.
En route pour le safari
En route pour le safari
Ces oiseaux sont à 10 mètres au-dessus de nous
En route pour le safari
Debout sur les sièges de la Jeep, ça décoiffe

2014-08-03 : ça n'est pas fini

La clim un peu faiblarde avait été mise à fond dans les deux chambres, sans en espérer grand chose.
Vers 23 heures, alors que nous étions endormis, on frappe à notre porte. C'était Augustin : "Papa, y a plus d'électricité, la clim ne fait plus de vent et moi j'ai trop chaud, je n'arrive pas dormir.
Le personnel du guest house a eu un léger sourire en voyant débarquer Laurent en T-shirt et caleçon. Mais le courant est revenu.
Nous avons eu un petit dejeuner Sri Lankais sous forme de buffet. Tout le monde s'est régalé, méme Héléne qui a eu droit à du bon pain et du café.
Ensuite nous sommes partis pour Sigiriya, une forteresse sculptée dans un pic rocheux.
Sigiriya
Sigiriya

Vraiment très impressionnant, le travail des hommes à sculpter des escaliers dans la roche pour accéder au temple bâti au sommet. Il y a surtout une série de peintures sur la roche à mi-hauteur.
Sigiriya
Sigiriya
Les demoiselles

Nous n'avons pas pu aller au sommet, l'escalier de la dernière partie étant sujet aux attaques de frelons.
Ils proposent bien des équipements de protection, mais une bonne piqure aurait gâché la fin du séjour. Nous avons vu un touriste se faire menacer par une dizaine des frelons, il a dû battre le record de descente d'escalier en se frottant la tête. Il a mis une belle pagaille en allant se réfugier dans l'abri où les touristes enfilaient leurs vêtements de protection. En effet, en entrant, il avait fait rentrer les frelons qui le pourchassaient.
Sigiriya
La patte du lion
Sigiriya

Notre chauffeur nous avait dit qu'il nous attendrait à la sortie. Mais à la sortie, pas de chauffeur.
Quelques coups de téléphone plus tard, on comprend que la situation n'est plus du tout sous contrôle. Le chauffeur dit qu'il change de véhicule, puis on nous annonce une Jeep dans 10 minutes. Nous sommes allés en Jeep dans l'hôtel suivant en récupérant au passage dans un bouiboui garage, nos bagages, notre chauffeur et une durite percée. Le van avait encore eu une panne.
Sigiriya
Changement de véhicule
Sigiriya
Transport d'éléphant

Une fois arrivés, le chauffeur nous a dit qu'il s'arrêtait là, il provoque trop de pannes. Il était midi.
Ce soir nous ne savons pas si nous auront un véhicule de remplacement.
Dans l'après-midi,nous sommes allés visiter le temple de Dambulla. Les salles sont dans des grottes, c'est assez original.
Dambulla
Dambulla
Cave temple
Dambulla
Golden Temple

Au passage nous avons acheté un goûter au tuktuk-boulangerie-ambulante et c'est la meilleur chose que les enfants ont mangée jusqu'à présent au Sri Lanka. Je crois qu'ils avaient surtout très faim!
Nous avons aussi pris une boisson dans un bistrot "pour locaux". Ils n'avaient pas assez de petites bouteilles de coca et nous ont proposé une grande bouteille avec des verres. Oui ça marche. Mais quand Héléne a vu la couleur du torchon avec lequel il essuyait les verres, on a versé le coca dans nos petites bouteilles d'eau vide!
Dambulla
Dambulla
Commentaires

Maurel

Envoyé le 04/08/2014 à 8:28

Merci beaucoup pour tous ces comptes rendus quotidiens très intéressants. Nous partons pour la semaine et allons à Chaudesaigues dans le Cantal. Les rendez-vous de chaque jour avec vous vont nous manquer. Nous rattraperons le retard dimanche prochain ! Pour nous pas d'éléphants, de frelons, pas de bouddhas. Espérons que notre voiture fonctionnera ! Pas de fortes chaleurs non plus.. Profitez bien de tout ce que vous voyez. Bonne fin de séjour et bisous à vous 5. Tonton Bernard et Tante Marie-Françoise

ouahiba

Envoyé le 07/08/2014 à 7:44

miam, ça a l'air trop bon, dommage que je sois enceinte parce que sinon j'aurais bien passé une commande mais ce serait gâcher la nourriture vu ce que j'en fait une fois dans mon estomac. bref, je ne vous fait pas de dessin. mais à cause de vous il est certain que le lendemain de ma sortie de l'hosto je suis au resto indien du coin. Dites moi simplement que c'était délicieux et ce sera une dégustation par procuration. Sans blaguer, de toutes les photos c'est la seule que je n'arrive pas à quitter des yeux. Vous avez l'air de vous éclater, pourvu que ça dure. Bises à tous les 5. Ouahiba.

admin

Envoyé le 08/08/2014 à 4:56 | En réponse à ouahiba.

La photo ne permet pas de voir tous les petits insectes qui se promenaient sur la table ! (Dans les assiettes et dans les verres..).On avait faim, mais les enfants nous ont demandé si on pouvait aller ailleurs le lendemain !

2014-08-04 : c'est bien fini

Ce matin, pendant qu'on finissait de se preparer pour aller déjeuner, on entend une voiture se garer près de nos chambres. Laurent y croit encore : "c'est notre voiture? " Quelques secondes apres on frappe a la porte : "your driver is here, Sir."
C'était notre chauffeur, avec la voiture réparée et le manager du chauffeur !!!
On pouvait avoir une nouvelle voiture demain, aujourd'hui elle n'est pas disponible.
Nous nous sommes fâchés tous les deux en méme temps, leur expliquant qu'ils avaient annulé le contrat hier, quand ils nous avaient "plantés" à l'hôtel sans voiture alors que la journée était payée, que ça faisait 3 jours qu'on nous promet de changer de voiture, et que sur 4 jours, la voiture était inutilisable trois 1/2 journées.
Comment voulaient-ils qu'on les croit maintenant ? On a demandé un remboursement de la moitié du prix versé et pas de discussions : c'est marqué sur le contrat que celui qui annulait avait des pénalités (en fait c'était surtout prévu pour les clients, mais la rédaction permettait notre interprétation). Ils nous ont remboursés! Ils avaient nos euros sur eux!
C'est donc en tuktuk que nous sommes allés visiter une plantation de plantes médicinales, plus exactement ayurvédiques, toutes avec des propriétées plus fabuleuses les unes les autres. Nous avons fini la visite par des massages pour tester leurs huiles, ce qui est vraiment trop "dare" (dixit Augustin)
Sigiriya

Farniente, puis nous sommes partis en quête d'une solution pour aller à Kandy demain, en faisant une pause fruits bananes.
Sigiriya
Farniente à la chambre, on ne peut pas appeler ça un hôtel

Pour demain, le propriétaire qui est aussi agence de taxi nous propose un véhicule. Seulement, il ne peut nous donner ni la marque ni le modèle du véhicule qui nous couduira. On est un peu sceptique et on a trouvé le dépot de bus, ce sera notre plan B.
Sigiriya
Le dépot de bus

2014-08-05 : en route vers Kandy

A 8h30, la voiture qui devait nous conduire a Kandy est arrivée devant nos chambres (parce qu'on ne peut pas appeler ça un hôtel...). Elle paraissait presque neuve et avait quand même 340 000 km, avec "l'air con. broken" Nous n'aurons pas à utiliser notre plan B.
2 heures de route pour arriver au prochain hôtel. L'avantage du chauffeur c'est que c'est lui qui galère pour trouver l'hôtel.
Nous avons fait le tour du lac de Kandy, nous arrêtant au passage pour visiter le temple de la dent. Il venait de tomber une bonne averse, et ce fut un bonheur de piétiner pieds nus dans la boue et sur les dalles mouillées.
Perahera Kandy

Ce temple n'a rien d'exceptionnel en comparaison à tout ce que nous avons vu avant les jours précédents. Il contient juste la relique de la dent de Bouddha qui est bien à l'abri hors de vue.
Nous sommes partis vers 17h15 pour aller se placer sur le passage de la "perahera" qui se déroule à Kandy tous les ans pendant 10 jours au mois d'août. Quand nous avions organisé notre voyage, les dates exactes de cette fête n'était pas encore connues et nous avons joué la sécurité en choisissant de nous trouver à Kandy au milieu des dates probables de cette fête, d'où notre parcours tortueux dans le pays.
Nous avons donc attendu 2 heures assis sur un sac plastique que le spectacle commence. Et quel spectacle ! Il s'agit de processions bouddhistes, qui partent des 4 temples de la ville et qui se rejoignent pour n'en faire qu'une à l'arrivée du temple de la dent. C'est un défilé de danseurs munis d'objets enflammés avec lesquels ils dansent, des grelots aux pieds, accompagnés de musiciens et d'éléphants, le tout éclairé par des porteurs de torches.
Perahera Kandy
Perahera Kandy
Perahera Kandy
Perahera Kandy
Perahera Kandy
Perahera Kandy
Perahera Kandy

Ce spectacle dure environ 3 heures. Retour à l'hotel avec des enfants affamés.Les Srilankais dînent très tôt, mais les soirs de féte les restaurants restent ouvert tard et c'est tant mieux!

2014-08-06 : deuxième jour à Kandy

Nous avions l'intention de nous lever tard ; le rythme pris et nos voisins français un peu bruyants nous en ont empéchés. Le petit déjeuner convenait bien à tous, il y avait du salé, du sucré et même des pancakes!
Nous sommes allés faire un tour aux marchés, aux vêtements histoire de rapporter quelques T-shirts souvenir pour les enfants et aux fruits pour notre repas. Nous aurions bien pris un durian, mais nous avons craint la réaction de l'hôtelier face à l'odeur que cela aurait apporter dans les chambres. Pour information, ce fruit est parfois interdit dans les transports en commun. Nous avons aussi réservé un transport auprès d'une agence qui nous paraissait sérieuse. Nous verrons bien demain.
Nous aurions bien fait par une petite balade vers la statue d'un Bouddha surplombant la ville, mais Augustin était dans un jour de mauvaise humeur. Il avait d'abord extrêmement mal au pied, puis s'est ajouté une douleur à l'oeil et enfin une bague qui menace de se décoller d'une dent. Un vrai plaisir à gérer pendant 4 heures.
Finalement, retour à l'hôtel en tuktuk.
Après-midi piscine pour les gargons où très vite Timothée a trouvé le moyen de se couper à la main et à la jambe! Rien de bien grave, mais plus de piscine pour l'après—midi. En fin d'après midi nous sommes sortis nous promener et notre supposition sur l'interrupteur bricolé qui se trouvait sur un lampadaire s'est confirmée : cet interrupteur sert bien à l'allumer et l'éteindre, nous avons vu le préposé venir l'allumer.
Dîner à l'hôtel où nous avons regardé le chef préparer le chiken curry que nous avions commandé.
Perahera Kandy

2014-08-07 : la chèvre (sans Pierre Richard)

Depart à 8h. Nous avons 5 à 6 heures des route pour rejoindre Passikuda, où nous avons réservé un super resort sur la plage, dans le golf du Bengale. (Je suis sûre que ça fait rêver Bouboune...)
Nous arrivons vers 13h, après avoir vu des panneaux insolites pour nous avertir :"attention, traversée d'éléphants" puis "attention, traversée de crocodiles".
Ils prennent tout de suite nos sac de la voiture, mais les laissent par terre. Quand on donne notre nom à la réception, ils ont l'air gênés et nous demandent de nous asseoir.
Ils appellent quelqu'un qui nous explique que nos chambres ont un problème: pas d'électricité. Ils nous disent qu'ils ont réservé pour nous dans un autre hôtel, qu'ils nous y emmeneraient gratuitement et qu'ils nous offriraient le lunch. On était très en colère, on demande à voir nos chambres sans électricité.Ils nous montrent des chambres avec vue sur mer. En chemin, on apprend que l'autre hôtel est à 2 heures de route d'ici !!! Là on dit pas d'électricité pas de problème. On prend les chambres, donnez nous des bougies ce sera plus romantique.
Là, ils appellent le manager très surpris de notre proposition. Il insiste pour nous transférer dans l'autre hôtel. Laurent lui dit : OK, mais on ne perd pas de temps sur nos vacances, on y va en hélico ! Réponse laisse-moi 10 à 15 minutes. 30 minutes plus tard, ils nous disent que nous chambres sont prêtes...
Le manager nous donnait la sienne....(mais bien sûr, il a 2 chambres côte à côte le manager ! (ce sont des chambres vue sur rivière (aux crocodiles) comme marqué sur la réservation et non vue sur mer comme celles sans électricité ....
Après-midi piscine et plage (où nous découvrons un hélico ! ) puis observation des crocodiles de la rivière qui traverse le resort. On a aussi un pic vert et des martins pêcheur.
Pasikudah
Le golfe du Bengale
Pasikudah
Pasikudah
Pasikudah

Entre temps nous avons vu arriver plusieurs personnes, dont des francais, qui avaient réservés 2 chambres pour 2 nuits vue sur rivière, comme nous ...
Hélène fait un peu de lessive, mais étant donnée la couleur de l'eau, elle choisit les T-shirt pas trop clair.
Pasikudah
L'eau telle qu'elle sort du robinet

Repas à l'hôtel (pas le choix on est perdu au milieu de nulle part) et pour continuer la série, le serveur ne comprenait pas l'anglais. Il faut le faire dans ce resort où il n'y a que des étrangers.

2014-08-08 : piscine mais pas plage

En appelant la chambre des enfants ce matin vers 8h, Hélène trouve qu'Amandine a une voix endormie; Augustin les a empéchés de dormir car il avait vu (et tué) une araignée la veille au soir, et a eu peur toute la nuit....
Il y a quelques jours, Timothée avait trouvé un gros cafard sur son oreiller et c'est Augustin qui n'en a pas dormi, empéchant une fois encore son frére et sa soeur de dormir.
Petit déjeuner copieux et excellent, puis on profite de la piscine et de la plage.
Pasikudah
Pasikudah
Pasikudah
Pasikudah
Pasikudah
Pasikudah

Laurent se renseigne pour louer les services d'un taxi à l'hôtel :60 roupies du km. Pas cher. Le temps de regarder combien de km il y avait à faire, on vient nous dire qu'ils sont "very sorry" mais que le van n'est pas dispo demain... Mouais. On est vraiment indésirable, mais on ne sait pas pourquoi.
L'après midi, il faisait vraiment très chaud, et on pensait aller à la plage vers 16h.0ui,mais c'était sans compter sur notre super chance: il a fait un orage de 15h30 à 17h45 environ. LA journée plage du séjour! Nous sommes quand meme allés marcher sur la plage mais seul Augustin avait envie de se baigner, et la nuit tombe vite.
Pasikudah

Puis un verre au bar et repas pendant lequel le manager est venu nous narguer:
"les enfants sont contents tout va bien ? "
Laurent lui répond : "tout allait bien jusqu'à maintenant"
"Madame, vous ne voulez pas un verre de vin ? " "N0, thank's"
"Are you sure ? "
"YES, I AM ! "
"Vous avez l'air d'être en colére après moi, vous me me regardez pas"
ll n'aurait pas du dire ça. Hélène l'a regardé comme elle sait faire, sans rien dire, et il est parti ...
Demain, Laurent a réservé la voiture du resort voisin pour aller à Haputale.

2014-08-09 : à l'assaut de la montagne

Nous avons commencé par prendre un café sur la terrasse de notre chambre. En suite nous avons appelé les enfants et p'tit déj, ou pour la premiére fois les gargons ont osé demander sans aide du fried bacon au cuisinier.
Pasikudah
On profite du confort, on sait que cela ne va pas durer

Il restait un peu de temps pour profiter de la piscine avant de partir.
Départ 10h, et le manager encore arogant était là pour notre départ. Comme on cherchait à savoir quelle était notre voiture, il nous dit que ça ne peut pas être celle-là car ce n'était pas une voiture d'agence. Oui mon grand, mais c'est quand même pour nous.
Bon encore une voiture pourrie, mais la clim ne pouvait pas tomber en panne vu qu'il n'y en avait pas.
Encore 5 heures de route, avec un fou comme chauffeur, et la voiture ne nous semblait pas très sûre ... Le mieux c'était sur les routes de montagne, avec les roues arriéres qui dérapaient à chaque virage.
Nous avons fini par arriver dans une guest house assez bien tenue mais quand même. Héléne s'est dépéchée de sortir ses lingettes javelisées et à bien prévenu les enfants: on dort dans son sac à viande !
Nous sommes descendus en "ville" pour acheter quelques bananes et boire un verre la où ça nous semblait pas trop sale. On est d'accord, on me prend que des "soft drink" pas de "fresh juice". Là les verres sont arrivés encore tout mouillés, c'est un bon point, ils ne sont pas passés par la case torchon, mais Hélène a quand même demandé des pailles. Un premier serveurs en avait déjà 4 toutes prétes à peine usagées, mais son collégue lui a fait signe qu'il allait gérer la situation et est revenu 5 minutes plus tard avec le paquet de pailles, et en a sorti 5 devant nous. Une semblait étre déjé mordillée, celle d'Héléne, on a fait comme si l'on n'avait rien vu.
Haputale
Les deux seules filles jamais rentrées dans ce bar

Le soir repas dans notre guest house. C'était simple et très bon. On a même eu droit en un micro défilé de festivités hindouistes du haut de notre chambre.

2014-08-10 : thé & eau

Après une nuit pas très reposante nous décidons de faire le programme prévu : aller dans les plantations de thé et aller voir les chutes d'eau.
Le propriétaire de la guest house, toujours prêt à rendre service (et à prendre sa com. au passage) nous trouve une voiture avec chauffeur. Nous allons dans les plantations de Sir Lipton, mais bien sûr c'est "Poya Day" aujourd'hui (tous les jours de pleine lune sont fériés ) et nous ne voyons personne cueillir le thé et la tea factory est fermée.
Haputale
Haputale
Haputale

Nous allons ensuite voir la plus haute chute d'eau du pays. Nous sommes en saison des pluies, mais il ne pleut pas si bien que la chute d'eau est beaucoup moins spectaculaire que normalement. Sans pluie la marche dans la montagne était plus agréable et les chaussures de marche moins indispensables.
Haputale
Haputale

En ce jour de fête il se passe des rituels étranges, incompréhensibles pour nous occidentaux non bouddhistes ...
Haputale

2014-08-11 : de l'eau sans thé

Nous avons commencé la journée par un copieux petit déjeuner pris à l'extérieur sur la terrasse.
Notre propriétaire avait en téte des nous faire aller à la gare avant le petit déjeuner. Le ton est un peu monté et il y a eu incompréhension sur "we are having breakfast outside" qui était une menace d'aller le prendre ailleurs.
Nous avons dû épuiser ses reserves de pain pour toast, les deux gargons étant particulierent affamés ce matin. Laurent est allé à la gare pour s'assurer que des tickets pouvaient étre achetés alors que notre proprio assurait le contraire, toujours prét à proposer des solutions de secours sur lesquelles il aura sa commission.
Les tuktuk réservés la veille nous ont fait faux bon. Nous sommes donc allés à la gare sac au dos (1 km). Pas de possibilité de réserver, nos avons pris d'assaut le wagon de seconde classe, mais une place assise seulement.
Haputale

Nous avons donc passés les 90 minutes de voyage debout mais à l'aise dans un train d'altitude avec de part et d'autre des pentes raides couvertes de plantations thé.
Pour passer le temps et pour le folklore nous avons acheté des cacahuétes au vendeur ambulant.
Nuwara Eliya

Plus nous avancions plus la température baissait. On a fini par arrêter les ventilos, puis il s'est mis à bruiner.
On passait dans les nuages. La bruine s'est transformée en pluie franche et c'est sous cette pluie que nous sommes arrivés à Nanu-Oya. Encore 9 km à parcourir avant de rejoindre notre hôtel encore plus haut dans la montagne par une route à une voie tant il y d'éboulements.
Ici pas il n'y pa pas grand chose d'autre à faire que de se promener dans le parc Victoria — entrée payante pour les foreigners. C'est donc sous la pluie battante que nous avons parcouru ce parc magnifique crée par les anglais au temps des colonies.
Nous ne regrettons pas l'achat des ponchos !
Nuwara Eliya

II a plu tout l'aprés midi. Nous sommes rentré trempés et grelottants.
Nous avons passé reste de l'après-midi à regarder la télé ou à jouer à la DS.
Nuwara Eliya
On trouve toujours un moyen de recharger la DS

Il y a de la buée aux fenétres et Héléne a retrouvé ses mains glacées.
Il y a aussi d'épaisses couverture sur les lits, les nuits ne doivent pas étre très chaudes ...

2014-08-12 : le p'tit train dans la montagne

Etant donnée l'heure à laquelle nous nous étions couchés, poussés dans le lit par la froidure humide de Nuwara Eliya d'hier soir, nous étions prêts sans effort pour le petit déjeuner que nous avions commandé pour 7 heures.
La table était dressée pour nous 5 dans un petit salon, une assiette de fruit attendait chacun. Le faux taxi que nous avions réservé à l'aller était déjé lé, une bonne surprise part rapport à nos précédentes expériences. Nous sommes arrivés à la gare de Nuna—Oya avant méme l'ouverture du guichet, mais une queue d'une vingtaine de personnes était déjé formée.
Nous avons rapidement réussi à tous étre assis dans le train, en partageant avec les locaux des bouts de siége. Maintenat Timothée a un correspondant Sri Lankais. En prévision des sept heures des trajet jusqu'à Colombo — qui nous ont paru bien longues pour parcourir les 230 km — nous avions bu très peu au petit déjeuner ;sauf Augustin qui a choisi de finir sa bouteille d'eau après ses deux tasses de thé.
Même lui a été dégoûté par l'état des toilettes du train. Il faut dire qu'on est bien secoué.
Pour faire patienter les enfants nous avons acheté des beignets à mi—parcours. Un truc bien gras manipulé par un gars pas très net et une main pleine de billets sales. Ca a plus de goût, et pour l'hygiène on vous le sert dans un sachet fabriqué avec une feuille de journal récupéré on me sait où. Après ça, s'ils survivent, ils sont immunisés contre à peu près tout.
Retour Colombo

Les tuktuks de la gare sont impitoyables avec les voyageurs, et facturent 50 % plus cher.
A l'hôtel, enfin digne de ce nom, le réceptionniste tique un peu en nous voyant à 5 pour une réservation pour 4. Il nous explique qu'il y aura un petit déjeuner à payer, ce que nous avons prévu d'ailleurs.
L'hôtel était vraiment chouette et nous avons passé la fin de la journée seuls à la piscine du toit.
Retour Colombo
Retour Colombo

Nous retournons dîner au Banana Leaf ce que nous réclamaient les enfants depuis que nous étions partis de Colombo 2 semaines plus tot. La perspective de pouvoir manger avec les doigts les enthousiasmait.
Retour Colombo

2014-08-13 : dernier jour

Le programme de la journée qui s'annonce n'était pas chargé. Après une bonne nuit dans un bon lit dans une chambre bien propre, nous sommes allés plutôt de bonne heure faire les achats souvenirs.
Après nos deux premiers jours à Colombo, nous connaissons un peu la ville et savons exactement où aller. Nous donnons l'indication précise au chauffeur de tuktuk - "Victoria Park - Laksala" - c'est le nom du magasin.
Curieusement, notre tuktuk a une conduite très prudente, reste scrupuleusement dans sa ligne à tel point que nous en sommes inquiets. A juste raison, c'était un chauffeur débutant de 55 ans qui a dû demander son chemin du jamais vu. Il a même fait le tour d'un bloc pour ne pas faire demi tour : là Laurent a crié très fort : STOP !!
Et le chauffeur nous a indiqué un magasin de souvenirs (Laksala doit vouloir dire souvenirs en Cinghalais. Nous y avons trouvé quelques babioles puis nous sommes allés à pieds (300 mètres) à Laksala - beaucoup mieux climés d'ailleurs mais moins bien pourvus.
Nous sommes revenus à l'hôtel pour le check-out. Finalement, le garçon de salle avait décidé que nos 5 petits-déjeuners comptaient pour 4. Sans problème nous avons pu laisser nos bagages pour finir nos courses.
Nous en avons aussi profité pour réserver un taxi-van pour notre prochaine destination Negombo. Un service proche de nos VTC, avec confirmation de réservation par SMS, idenfication du véhicule et du chauffeur au moment du routage par SMS là-aussi. Nous sommes allés à Negombo pour le dernier jour dans un van avec une clim qui fonctionnait à peu près.
Trajet Negombo

Comme d'habitude l'approche de l'hôtel a été un peu cahotique, les drivers Sri Lankais ne savent pas lire une carte et font très peu confiance aux indications qu'ils obtiennent après les avoir réclamées.
Nous nous sommes rapidement installés et sommes allés à la plage à 300 mètres. Il y avait de gros rouleaux et finalement, personne ne s'est réellement baigné les garçons ont juste mouillé leurs vêtements, c'est tellement plus pratique à 8 heures du départ.
Un dernier coup de shopping dans la rue qui longe la plage puis retour à l'hôtel pour une séance piscine - défouloir pour les enfants.
Negombo

Pour finir nous sommes allés dîner dans un endroit sympa indiqué par notre hôtel. Sur le bord de la plage, éclairés par des spots accrochés aux palmiers nous amorçons la transition : grillades, frites et salade.
Retour Colombo

On rentre pas trop tard, la nuit sera courte : à 3h30, le propriétaire de l'hôtel nous conduira à l'aéroport.